Archives de Tag: cinema

TATI (1908-1982): quelques clés pour développer son regard et sa gentillesse

"Illuminez de gentilesse le quotidien"

J’ai réécouté ces derniers jours un entretien réalisé en 1977, c’est-à-dire il y a une éternité (au siècle dernier !!!) entre le regretté Claude Jean Philippe (le cinéma de minuit) et Jacques Tati,.

Rien que le rythme de cet entretien (proche de celui de ses films) à l’heure de you tube et de ses vidéos en 4 minutes chrono (on en vient presque à regretter les clips des années 80 !!!) vous incite fortement à vous installer au coin du feu et à écouter.

De cet entretien , riche en leçons de vie, j’ai retenu quelques pistes d’idées utiles à partager et qui ont des résonances fortes avec les défauts de notre époque :

  • Tati indique qu’il n’aime pas les gens qui disent en permanence « j’aime les jeunes » :

Pour lui, ce que doivent faire les « adultes » (qui de toute façon doivent garder leur âme d’enfant !!!) :    engager avec les jeunes une conversation, leur permettre de faire des erreurs (« il faut faire des mauvais courts métrages !!! ») et leur donner des occasions de confrontation au public.

Il se plaint d’ailleurs que le play back ait tué la performance en public dans la chanson à son époque. Le public est pour lui indispensable à l’élaboration d’une œuvre personnelle et artistique. « On ne peut pas faire de mime en playback » dit-il !!!

  • Tati évoque également les premiers de la classe (qu’il ne porte pas en grande estime), à qui il conseille modestement d’observer les autres. Cela leur évitera , sans aucun doute, d’afficher leur importance et de fonctionner en circuit fermé, autisme qui peut d’ailleurs leur être fatal, même si c’est une source de gags inépuisables pour Tati

Il en reprend d’ailleurs souvent les bavardages dans ces films pour mieux en illustrer leur vacuité. A découvrir dans l’entretien l’anecdote que Tati choisit pour illustrer ce point.

  • Tati parle de sa façon d’être qui lui permet comme  un observateur qui ne juge pas mais qui montre grâce à :

-l’image, les déplacements d’acteurs devant la caméra (et non l’inverse),

-au son qui reprend les effets perçus par les gens qui regardent la scène (bruit de l’eau, des voitures, de quelques mots prononcés…).

Son grand amusement est d’ailleurs de se glisser dans une salle de cinéma pour voir ses films avec des spectateurs réels. (« je paye ma place précise-t-il !! »)

Tous ces éléments lui permettent d’installer les gags dans le quotidien de manière intemporelle.

  • Tati parle plusieurs fois de gentillesse et de l’exquise simplicité et bonheur que peux procurer un simple garçon de café en vous amenant son café avec gentillesse. Pour lui, ce qui est important c’est que les gens s’impliquent avec gentillesse et bienveillance dans ce qu’ils font.

Lorsque l’on ressort de cet entretien, où Tati s’excuse plusieurs fois d’un mot de trop vis-à-vis de son interlocuteur, on se dit que cet homme lunaire percevait la réalité beaucoup plus que tout autre.

  • Il pointe avec une grande humilité ce qui est essentiel à partager humainement au cours du temps qui passe avec les autres.
  • Il nous invite à profiter du théâtre que l’on a devant les yeux, décidément plus accessible que l’on ne croit.  
  • Vous trouverez j’en suis sûr un grand plaisir à prendre le temps de découvrir cette philosophie de Jacques Tati et à mesurer l’intérêt d’un vrai échange entre personnes qui s’estiment.  Cela apporte une profondeur de ton qui reste très précieuse et qui n’a pas pris une ride !  De quoi être à même de propager ce type de bonheur là….

Dans la série Les grandes heures de Radio France, découvrez Jacques Tati, un comique de vocation.  Pour en savoir plus en bas de la page de ce lien  : thttp://sites.radiofrance.fr/franceinter/ev/fiche.php?ev_id=785

Publicités